Janouille : le récit d’une histoire atemporelle

L'affiche des 20 ans de Janouille

Jean Rocher est à la fois comédien et guide touristique. Ce dimanche 29 juin 2014, il fête les 20 ans de son personnage, Janouille, à travers lequel il propose des visites guidées originales de la bastide de Monflanquin et des sites touristiques du Lot-et-Garonne et du Sud Ouest. « Mille et une façons de raconter l’histoire », c’est le titre donné à la table ronde à laquelle je vais participer et où il sera question de spectacle « historique » et de détournement touristique du Moyen Age. La visite théâtralisée de la bastide médiévale de Monflanquin est depuis 20 ans le lieu d’une expérience de visite originale.

La visite théâtralisée : l’histoire spectacle

La visite théâtralisée des monuments est aujourd’hui une forme de traduction du passé par une interprétation libre, une animation de ses traces, une proposition de reconstitutions historiques. Les exemples d’animation de monuments ne manquent pas surtout en période estivale où le patrimoine monumental devient un prétexte touristique. Le spectacle historique permet alors une appréhension exaltée ou magnifiée du sensible du monument par sa pratique c’est à dire la visite ou la participation à des spectacles interactifs comme les fêtes médiévales. Ce processus qui permet d’atteindre les choses à travers d’autres, rend possible le contact avec une réalité historique difficile à appréhender par manque de connaissances. On a donc recours à d’autres types de discours que le discours scientifique, à savoir le conte, la légende, le mythe et le discours de divertissement. Il va alors s’agir de traduire l’histoire en visible, en sonore, en mouvement, en saveur et en odeur. L’expérience de la visite de Monflanquin en costume, les défilés de musiciens aux instruments anciens, de jongleurs et d’animaux, créent une ambiance qui peuple le décor médiéval des murs de pierres et de bois de la bastide. Tout cet ensemble fait alors image. Une image dans laquelle est plongé le spectateur qui devient alors acteur du spectacle.

L’industrie du tourisme détourne parfois dans la performance de la visite théâtralisée ou de la « fête médiévale » le monument et son histoire en essayant de capter des signifiés de médiévalités (comme Roland Barthes parle d’italiannité), par exemple la force et l’adresse des tournois, l’amour courtois ou encore l’ambiance des banquets. Le Moyen Age est alors résumé dans une image générique qui propose des décors éphémères, des costumes, un scénario de visite, des personnages dont le héros, Janouille, le guide « troubadour » de l’office du tourisme, navigue entre fiction et histoire.

Mais on peut alors se demander quels choix ont été opérés pour communiquer le patrimoine médiéval : entre information scientifique et fiction, qu’est-ce qui l’emporte ? Quels stéréotypes du Moyen Age sont véhiculés ? Quel Moyen Age est reconstruit pendant les fêtes médiévales ? Pour apporter des éléments de réponse à ces questions, le cadre des sciences de l’information et de la communication est stimulant car elles proposent à la fois des recherches sur les problématiques communicationnelles du patrimoine (Davallon, Jeanneret) et des interrogations sur les signes et les sens du patrimoine (Chandès).

Trois temporalités et trois registres de récit

La recherche des parcours d’élaboration des discours de divertissement peut nous permettre de rendre saillants les points de rencontres et les éventuels phénomènes d’écart appréhendés à réception entre l’histoire et la fiction dans les visites théâtralisées proposées par Jean Rocher à travers le personnage de Janouille.

Janouille2013

On peut dire d’abord que Janouille est un personnage atemporel. C’est-à-dire que Janouille peut successivement revêtir trois costumes.

D’abord l’auteur/comédien qui pratique l’histoire vivante : le Janouille d’aujourd’hui, celui dont on fête les 20 ans. Celui qui raconte, qui invente.

Puis le narrateur, le Janouille du XVIe siècle, ce personnage qui se présente comme le fils bastard d’Henri IV. C’est celui qui raconte l’Histoire avec des histoires.

Et enfin le Janouille médiévalisant. Le personnage qui semble sorti d’une enluminure et qui projette le visiteur dans l’Histoire, dans une temporalité générique, celle d’un Moyen Age mythifié.

En somme, on peut considérer que des fragments de signes historiques divers sont convoqués par Janouille qui propose une fresque où se mêlent trois registres de récit, l’histoire (ce que l’on sait), la légende (ce que l’on croit savoir) et le mythe (ce qu’on ne peut pas vérifier mais qui participe aussi de l’explication).


5 réflexions au sujet de « Janouille : le récit d’une histoire atemporelle »

  1. Merci Patrick pour ce billet qui permet de questionner nos pratiques touristiques… Très agréable journée au passage ! Une question, quand tu cites Chandès, à quel ouvrage fais-tu références ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *