Le premier billet : Moyen Age et âge moyen

Pour ce premier billet, je souhaite d’abord m’expliquer rapidement sur le titre du carnet. Je travaille sur le Moyen Age mais je ne suis pas historien. Je ne voulais donc pas afficher le nom de cette période dans mon titre. Pourtant, en inversant les deux éléments de l’expression, je souhaite attirer l’attention sur le contenu travaillé et la méthode utilisée.

086
Maquette de (et devant) la Grosse cloche à Bordeaux (c) Patrick Fraysse

Je suis chercheur en Sciences de l’information et de la communication (SIC) et, à ce titre, je réfléchis aux questions de médiation et de réception de l’histoire. Le Moyen Age sera donc ici abordé à partir des médias, des discours et des objets qui circulent aujourd’hui dans l’espace public, au double sens de l’expression, c’est-à-dire dans la rue mais aussi dans l’opinion publique. J’aborderai la question de l’histoire, de sa fabrique, de ses usages dans une perspective sémio pragmatique qui consiste à la fois, à analyser des systèmes de signes, mais aussi à observer la relation du signe à l’usager.

J’insisterai alors sur l’idée d’entre deux, de moyen, d’intermédiaire, sur le fait que le Moyen Age est une période moyenne, intermédiaire, un entre deux (entre les temps antiques et les temps modernes), c’est-à-dire un « AGE MOYEN ». En effet, depuis que cette période et la notion du même nom ont été inventées par les historiens ou les penseurs des Lumières, elles n’ont cessé d’évoluer, de changer, de se réinventer, à tel point que de nombreux auteurs se demandent même aujourd’hui si le Moyen Age existe vraiment, s’il n’est pas pluriel, ce qu’il signifie ? Par exemple, pourquoi voit-on des personnages médiévaux, des chevaliers, des moines, des seigneurs, envahir la littérature contemporaine, le cinéma, les jeux vidéo, la publicité ? Pourquoi compte-t-on de plus en plus de copie, de fac-similés et autres « documents-monumentaires » médiévalisants dans les musées, sur les ronds-points, au bord des routes ? Qu’est-ce qui pousse les chercheurs à réfléchir à la notion de Moyen Age mais aussi à sa circulation contemporaine que l’on nomme le médiévalisme ?

Une approche info-communicationnelle du patrimoine

J’ai déjà commencé à répondre à quelques-unes de ces questions dans ma thèse et surtout dans un certain nombre d’articles dans des revues scientifiques. Je souhaite poursuivre ici, dans ce carnet, en partageant ma réflexion qui devrait aboutir à la rédaction d’une Habilitation à diriger des recherches (HDR) en SIC.

152
Panneau d’animation du patrimoine (c) Patrick Fraysse

Ce carnet va donc être le miroir de mes recherches que je situe dans l’axe qui étudie des représentations construites par des médiations en SIC. Pour cela je me réfère d’abord aux travaux d’auteurs issus de disciplines diverses en SHS. Tout d’abord bien sûr des chercheurs en SIC. Ceux spécialisés (entre autre) dans l’approche documentologique du social (Viviane Couzinet), l’approche communicationnelle du patrimoine et de la patrimonialisation (Jean Davallon), la vulgarisation de la science (Daniel Jacobi), la circulation des idées ou la vie triviale des êtres culturels (Yves Jeanneret).

Mais aussi les travaux des historiens, ceux de l’histoire culturelle du patrimoine et des musées (Yves Andrieux et Dominique Poulot) ceux de l’histoire des représentations, symboles, couleurs, manuels,  réception du Moyen Age (Michel Pastoureau et Christian Amalvi). La liste n’est évidemment pas exhaustive et je ne m’interdis pas d’utiliser des travaux de philosophie, d’anthropologie, d’ethnologie, de sociologie, etc…

Cette entrée par l’étude des médiations et des représentations m’a amené à construire des objets de recherche qui s’inscrivent à la confluence de l’information et de la communication. Le terrain du patrimoine monumental est particulièrement favorable à l’observation des réceptions,  des circulations et des présentations d’objets ou d’idées :

– Réception de la notion de Moyen Age dans les dispositifs de médiation et les discours des professionnels des musées et du tourisme.

– Circulation et transformation des objets d’histoire en objets de communication.

– Présentations du patrimoine médiéval entre savoirs scientifiques, imaginaire social et industrie touristique.

Mes recherches dans les domaines de l’histoire et du patrimoine (du point de vue communicationnel) ou de l’image et de ses médiations (culturelles et documentaires) croisent les interrogations sur la notion de document que l’équipe MICS du LERASS de Toulouse travaille pour construire une théorie du document.

La méthode employée consiste d’une part à décrypter les logistiques à l’œuvre par l’analyse de contenus des documents et des discours spécialisés, et d’autre part en un questionnement autour des pratiques des professionnels de l’histoire et du patrimoine : étude et analyse des discours spécialisés et des médiations à la source des connaissances de l’architecture, de l’archéologie et du patrimoine afin d’en comprendre les enjeux sociaux et culturels, les principes, les mécanismes et les effets.

 Le patrimoine en images

J’ai d’abord montré dans ma thèse1 que la notion de monument a glissé vers la sphère documentaire. Ce glissement s’effectue par la prise en compte de la production symbolique dont le monument est porteur, par la simulation en laboratoire ou sur le terrain de l’expérience et des données archéologiques et par l’invention de simulacres par l’industrie culturelle et touristique. Du monument considéré comme une forme, on est passé au monument signe, dans un processus de conversion que nous avons proposé de nommer  « docu-monumentalisation ».

Le travail de repérage et de catégorisation des différents types de documents qui traitent des monuments m’a permis d’opérer une mise au jour des moments de la construction sociale du patrimoine monumental, fondée sur une prise en compte des opérations d’écriture et de mise en image. Cette amorce d’une archéologie de la place du document dans la construction du monument sous ses diverses formes et ce, depuis la création de la notion de Monument historique jusqu’à aujourd’hui, débouche sur une définition du rapport entre monument et document sous la forme du « légendage » des objets patrimoniaux donnant lieu à un « appendice documentaire » dont les différentes formes font l’objet d’un repérage et d’une description en fonction précisément de l’opération de traduction qu’elles opèrent. L’intérêt de l’approche est d’ouvrir à une analyse des modalités de la « documentarisation » qui accompagne aujourd’hui les monuments. Documentarisation qui prend la forme, tant d’un enregistrement de la production scientifique qui en fait du patrimoine, que d’un outil de présentation au public, par exemple.

Le deuxième point important de la thèse est celui de l’usage d’une dimension fictionnelle pour « documenter » le monument. Ajout qui peut aller jusqu’à la production d’un objet hybride que j’ai nommé « document monumentaire ». J’ai en fait posé la question du statut du document dans la patrimonialisation du monument. Si celui-là est un opérateur de patrimonialisation, toujours présent, de quelle manière contribue-t-il à celle-ci ; que le monument en question soit un « vrai » monument ou bien une reconstruction ?

022
Le château de Guedelon en Bourgogne est un document-monumentaire (c) Patrick Fraysse

Le prolongement de ce travail de thèse à travers des articles dans des revues scientifiques et des communications dans des colloques a donné lieu à la mise en évidence d’un détournement des formes du patrimoine. Les formes et les modalités d’écriture du patrimoine fondent ainsi celui-ci comme une construction collective qui se déploie en images et provoque parfois des effets détournés qui peuvent prendre l’aspect de ces objets hybrides que j’ai appelés « documents-monumentaires » et dont je propose petit à petit une typologie.2

Aujourd’hui c’est la réception de l’Histoire et particulièrement du Moyen Age qui m’occupe. J’ai, par exemple, mis en avant les opérations d’écriture et de mise en images du patrimoine médiéval à propos des bastides du Sud-Ouest3 ou de la présence du souvenir de Jeanne d’Arc à Toulouse aujourd’hui4. La question des signes de Moyen Age dans l’espace public de la bastide de Monflanquin en Lot-et-Garonne, qui oriente sa stratégie de communication touristique sur le Moyen Age, a également fait l’objet d’une étude5.

Le Moyen Age Aujourd’hui : question de communication

C’est cette approche info-communicationnelle du Moyen Age qui sera évoquée dans ce carnet, dans des allers retours entre médiévisme et médiévalisme dans les champs de l’archéologie, de l’histoire de l’art, du patrimoine, et plus généralement des sciences historiques mais aussi de leur réception ou de leurs usages.

J’essaierai de comprendre comment, de mises en récits en mises en scènes du patrimoine médiéval, le Moyen Age est inventé, reconstitué, utilisé, approprié, se transforme, subit des détournements, etc… La circulation des objets médiévaux et de leurs avatars documentaires et/ou monumentaires est caractéristique de notre époque ou le patrimoine et particulièrement le patrimoine médiéval bénéficie d’une exposition médiatique importante qui met en exergue des acteurs et des opérateurs du patrimoine et construit sa médiation-communication.

Le Moyen Age n’est pas seulement une période de l’histoire, c’est aussi un phénomène de communication. Il a été inventé pour communiquer une autre vision du monde, une vision dite moderne. Le MA n’est-il pas aussi un instrument de propagande, une rumeur qui se répand comme une trainée de poudre et qui veut créer un autre monde, de nouveaux objets, un nouveau style dit « néo » (néo-roman, néo gothique, néo médiéval). Ces idées et ces objets dits « néo-med » vont circuler et en circulant vont renforcer l’idée de Moyen Age.

L’histoire peut-elle être étudiée en tant que phénomène de communication ; tous les domaines de l’histoire (archéologie, histoire de l’art, patrimoine) peuvent-ils être examinés comme contenus de la communication ? L’histoire n’a en effet rarement fait l’objet d’une approche communicationnelle qui ne se limite pas à l’étude de l’énoncé, mais qui s’intéresse à la façon dont celui-ci se livre au social pour y circuler. Les objets ou les récits d’histoire qui traversent le social ne sont pas absolus mais culturels. Ils y circulent en y étant constamment (re)qualifiés et (re)définis.

Les historiens se plaignent régulièrement de la concurrence des mythographes ou des journalistes et regrettent la circulation de légendes, de mythes, d’idées reçues, de poncifs, de clichés, de stéréotypes… pourquoi tout cela circulent-il ? Quelle place accorder à l’imaginaire ou à la fiction dans la fabrique de l’histoire ? Pourquoi l’histoire scientifique ne se diffuse-t-elle pas aussi facilement dans les médias et est-elle tant concurrencée par les légendes et la fiction ?

Toutes ces questions et bien d’autres encore seront posées dans ce carnet et seront confrontées à l’observation empirique que nous ferons sur le terrain, dans les monuments ouverts au public, dans les musées et autres centres d’interprétation, dans les discours des professionnels du patrimoine, des chargés de com’ des structures culturelles ou des collectivités, des spécialistes de la médiation, etc… Pour finir, je reviens sur mon titre pour faire un clin d’oeil à Jessica Fèvres de Bideran dont le carnet l’âge du Virtuel <http://lageduvirtuel.hypotheses.org/> constitue une source d’inspiration.

Bonne lecture

et merci pour vos commentaires 😉

 

 

  1. Patrick Fraysse (2006). Le patrimoine en images : des médiations informationnelles des monuments à la conversion monumentaire des documents Doctorat en Sciences de l’Information et de la communication, sous la direction de Viviane Couzinet et Gérard Régimbeau, soutenu le 17 Novembre 2006 à l’Université de Toulouse II Le Mirail. 386 p. []
  2. voir notamment : Fraysse Patrick, Régimbeau Gérard, 2006. Le patrimoine architectural entre monuments-phares et documents monumentaires. In La transmission des connaissances, des savoirs et des cultures : Alexandrie, métaphore de la francophonie, Actes du Troisième colloque international du CIDEF (Centre international de documentation et d’échanges de la francophonie – Québec) – AFI (Agora francophone internationale – Paris), Alexandrie (Égypte), Bibliothèque d’Alexandrie, 12-15 mars 2006. [en ligne] URL :  http://www.ulaval.ca/afi/colloques/colloque2006/actes2006 [12 p.] ou Fraysse Patrick, 2008. Fabrique, déplacement et copie de monuments : approche info-communicationnelle du patrimoine. In Patrimoine et patrimonialisation. Troisième rencontre internationale des jeunes chercheurs en Patrimoine (Rennes, 12 et 13 octobre 2007). p. 233-249. (Cahiers de l’Institut du patrimoine de l’UQAM n°6) []
  3. Fraysse Patrick, 2010. La schématisation des Bastides : une écriture entre sciences, imaginaire social et industrie touristique. Culture et Musées n°14, p. 87-108 []
  4. Fraysse Patrick, 2012. Illustrer Jeanne d’Arc dans le Midi : circulation des signes johanniques et échos toulousains. In Amalvi Christian & Deramond Julie (dir.).  Jeanne d’Arc entre la terre et le ciel du Midi, Regards méridionaux sur la bonne Lorraine, actes du colloque international de Montpellier (10 et 11 avril 2012). Paris : Michel Houdiard Editeur. p. 232-243 []
  5. Fraysse Patrick, 2012. Images du Moyen-Age dans la ville : l’inscription spatiale de médiévalité. Communication et langage n°171, mars 2012, p. 3-18 []

3 réflexions au sujet de « Le premier billet : Moyen Age et âge moyen »

  1. Bienvenue Patrick sur Hypothèse ! Programme alléchant, hâte de lire la suite… Toutes ces réflexions nourrissent en tout cas ma communication pour le 08 novembre ! Je constate d’ailleurs que si, comme tu l’as montré la notion de monument glisse dorénavant vers la sphère documentaire, cette dernière crée aussi de nouveaux monuments (virtuels ou autres) qui proposent des valeur de mémoire inédites (cf. Riegl). Et merci pour le clin d’œil 😉

  2. Bravo pour ce premier billet programmatique.
    Une base solide, des questionnements en devenir…. de quoi motiver un abonnement.

    Au plaisir de lire un nouveau billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *